210 INTERVENTIONS DU SDIS EN 2023

Incendie à Lavigny: les forces engagées sur place limitent avec agilité de gros dégâts!

Mercredi 22 novembre, il est aux environ de 18h30, l’un de nos membres du SDIS est présent à Saint-Livres dans le cadre de ses activités agricoles lorsqu’il aperçoit au loin des flammes dans le village d’à côté. Par précaution, il appelle le 118 et signal l’incendie.

Il est le premier à avertir la centrale de traitement des alarmes (CTA) qui reçoit dans la foulée d’autres appels. Lorsqu’il se rend à proximité de l’incendie, une vingtaine de badauds sont présents sur le trottoir d’en face et occupés à filmer la scène.

Il est 18h40 lorsque le CTA mobilise les pompiers du centre d’Aubonne qui sont alarmés pour un feu de bâtiment à Lavigny, à l’entrée du village. Le chef d’intervention (CI), présent en caserne pour prendre sa garde de nuit, saute aussitôt dans son véhicule d’officier pour se rendre sur les lieux du sinistre. Il arrive tout juste dix minutes après l’alarme et remarque depuis la route des étincelles en « vésuve ». Sur place, il observe que les câbles électriques sont endommagés et tombés au sol ce qui provoquent des arcs électriques. Il comprend très vite que cela représente un grand danger pour l’intervention et demande des renforts au CTA pour que la Romande Energie intervienne et permette l’accès au bâtiment par l’arrière. Il constate également que la totalité du toit du bâtiment est en proie aux flammes et confirme qu’ils font face à un embrasement généralisé. Conscient des dangers de la route il demande également l’assistance de la gendarmerie pour couper la circulation et gérer le trafic routier dans le vallon.

En parallèle, les sapeurs mobilisés quittent leurs activités pour se rendre en caserne. Le véhicule tonne-pompe Etraz 123, avec un équipage complet, soit un chauffeur-machiniste, un chef d’engin TP et trois porteurs d’appareils de protection respiratoire (APR) partent en second sur les lieux, suivis de très près par le véhicule échelle automobile Etraz 112 (VEA) et cinq sapeurs également. Dès leur arrivée, quatorze minutes à peine après l’appel, le CI met en place deux secteurs : un coté Jura et un coté lac, le long de la route cantonale. La bise qui souffle ce soir-là projette des braises vers un bâtiment et dans les broussailles à proximité. Il demande dans un premier temps à ses hommes de mettre en place deux lances côté lac pour tenir le feu ainsi qu’un rideau pour protéger la végétation et le bâtiment voisin afin d’éviter un nouveau départ d’incendie. Il est à peine 19h quand le feu est annoncé comme tenu.

Dans le même temps, ce sont plusieurs véhicules qui sont mobilisés en renfort. Le véhicule modulaire de Rolle arrive en soutien avec du matériel hydraulique et le TPM d’Aubonne avec la cellule éclairage. Le tonne-pompe du SIS Morget et le véhicule avec bras élévateur (VBE) du SPSL proviennent des centres voisins et cantonaux. Le VPC (véhicule poste de commandement) « Zorba 0 » de Nyon est également présent afin d’organiser les opérations et faciliter la coordination entre tous les intervenant·e·s. Il est orchestré par l’officier Philippe Bichsel, futur commandant du SDIS Etraz-Région en janvier prochain.  

L’alimentation est mise en place depuis l’ancienne route du vallon. A ce moment-là, le VEA est positionné côté Jura et le VBE de Lausanne, coté lac, afin de pouvoir intervenir et maitriser le feu depuis le haut et des deux côtés. Sur ordre du CI, qui a reçu la confirmation que l’électricité est coupée, les sapeurs actionnent les canons depuis les plateformes.

Un véhicule modulaire supplémentaire du SDIS Nyon-Dôle est mobilisé en renfort vers 19h30 pour gérer la pollution constatée par le CI en lien avec le matériel stocké dans le hangar. Dans le même intervalle, des pompiers pénètrent dans le bâtiment pour préserver les divers véhicules, karts et motos, pièces mécaniques et pneus entreposés dans cet espace. Un officier du soutien sanitaire opérationnel (SSO) est aussi sur place afin d’assurer la sécurité des porteurs d’APR avec le soutien d’une ambulance. La direction générale de la mobilité et des routes (DGMR) prend le relais de la gendarmerie pour la gestion du trafic.  

Près de 2h après le signalement du sinistre, le secteur Jura est sous contrôle et l’extinction côté lac est terminée. Il faut encore finir d’éteindre ce qui s’est effondré sur la structure en béton du rez-de-chaussée. Une pelleteuse est engagée afin de brasser et dégager les débris en profondeur, et de permettre aux lances d’atteindre les foyers chauds résiduels pour finir de refroidir.

Mais l’intervention est loin d’être terminée. Le travail de sécurisation continu : l’avant toit est détuilé et la façade cote route cantonale est renforcée par un charpentier présent parmi les pompiers, afin d’éviter une chute de matériaux durant la nuit. Il est presque 2h du matin lorsque l’intervention est terminée et le matériel rétablis. Les pompiers laissent un site sécurisé et délimité permettant aux enquêteurs d’investiguer le lendemain afin de déterminer l’origine de l’incendie.

Il aura fallu déployer un grand nombre de personnes pour en venir à bout. Une quarantaine de pompiers aura été mobilisé dont plus de la moitié du SDIS Etraz-Région. Le CI dir Moreno Pimpinella était également présent sur l’intervention afin de soulager le travail du CI et coordonner les actions sur un évènement d’une telle ampleur. Un inspecteur de permanence de l’ECA s’est également rendu sur place pour apporter du soutien. Le sinistre aura entièrement détruit le premier étage ainsi que les combles de l’édifice mais le rez-de-chaussée aura été préservé. Il faut reconnaitre les qualités et les compétences du personnel investi lors de cette intervention, ainsi que leur réactivité. La collaboration entre tous les corps de métiers présents a permis de rapidement contenir le sinistre et éviter des dégâts supplémentaires. Ils auront même pu compter sur la bonté et de l’efficacité du restaurant de la gare à Allaman pour leur livrer rapidement une trentaine de pizzas et redonner des forces à l’équipe sur place. Tout autant que sur l’accueil et la solidarité d’un voisin, leur mettant à disposition un local chauffé pour permettre de contrôler les porteurs d’APR et se restaurer à l’abri. Sylvain Graf, nouvellement CI du SDIS Etraz-région témoigne de sa gratitude envers les intervenant·e·s et remercie chaleureusement toutes les personnes présentes qui ont œuvré au bon déroulement de l’évènement.